Nikoloz Basilashvili: Je ne m'attendais pas à gagner Doha



by   |  LECTURES 1211

Nikoloz Basilashvili: Je ne m'attendais pas à gagner Doha

Le No. 42 mondial Nikoloz Basilashvili a reconnu que l'événement ATP de cette année à Doha était l'un des plus difficiles qu'il ait jamais vu. Basilashvili a stupéfié la tête de série No.

5 Roberto Bautista Agut par un score de 7-6 (5), 6-2 pour remporter son premier titre à Doha. Le match s'est joué dans des conditions venteuses et le jeu a été extrêmement difficile pour les deuxprotagonistes.

"Je parviens d'une manière ou d'une autre à bien jouer dans des conditions plus difficiles et des matchs plus difficiles", a déclaré Basilashvili, selon le site web de l'ATP.

"Ce tournoi a probablement été l'un des ATP 250 les plus difficiles que j'ai jamais vu. Nous avions trois joueurs du Top 10. Il est intéressant de se demander pourquoi je joue bien dans les grands tournois et les grands matchs.

C'est surprenant. En même temps, je suis heureux"

Basilashvili ne s'attendait pas à gagner Doha

Avant Doha, Basilashvili était sur une séquence de cinq défaites consécutives et il n'était pas du tout parmi les favoris pour remporter le trophée à Doha.

Basilashvili a battu John Millman, Malek Jaziri, Roger Federer, Taylor Fritz et Bautista Agut pour s’envoler vers un nouveau sacre ATP. "Je suis super heureux. Je ne m'attendais pas à cela mais, en même temps, j’ai beaucoup travaillé", a déclaré Basilashvili.

"Je me sentais bien sur le court. J’ai joué le dernier semestre avec beaucoup de stress dans mon corps. Je n'ai pas pu mettre 100% sur le court à aucun match. Cette semaine, j'ai en quelque sorte trouvé un moyen de gérer les moments stressants.

Je suis très heureux de passer au titre" Basilashvili a montré une grande force mentale contre Bautista Agut. "il y avait de très fortes rafales aujourd'hui, mais j'avais un bon état d'esprit.

Depuis le début, j'acceptais très bien les choses", a expliqué Basilashvili. "J'étais concentré sur le simple fait de jouer le jeu, de regarder la balle et de beaucoup bouger.

C'était aussi difficile physiquement, parce que c'est sûr qu'il faut bouger deux fois plus fort et j'ai réussi à faire ça"