Les athlètes ne devraient pas parler de politique? Naomi Osaka réplique aux critiques

Osaka a souligné la question du racisme sur les réseaux sociaux ces derniers jours

by Alice Cimino
SHARE
Les athlètes ne devraient pas parler de politique? Naomi Osaka réplique aux critiques

Après que Naomi Osaka ait pris une position très vocale sur la question de la discrimination raciale ces derniers jours, la jeune joueuse de 22 ans a dû riposter à des commentaires sur les résaux sociaux qui affirment que les athlètes ne devraient pas s'impliquer dans la politique.

Osaka, l'athlète féminine la plus rémunérée au monde au cours de l'année écoulée, a été très franche sur les réseaux sociaux après la mort de George Floyd, décédé la semaine dernière alors qu'il était détenu par la police de Minneapolis.

Elle a ensuite reçu de nombreuses critiques pour avoir partagé ses convictions si ouvertement.

Naomi Osaka dit qu'elle déteste quand les gens disent que les athlètes ne devraient pas s'impliquer dans la politique

Dans un tweet posté ce mardi, Osaka a dit: "Je déteste quand des gens au hasard disent que les athlètes ne devraient pas s'impliquer dans la politique et simplement se divertir.

Premièrement, c'est une question de droits de l'homme. Deuxièmement, qu'est-ce qui vous donne plus le droit de parler que moi? Selon cette logique, vous êtes uniquement autorisé à parler du «GRÖNLID» si vous travaillez chez IKEA?" Naomi Osaka est la première joueuse d'origine haïtienne ou asiatique à détenir le premier rang du classement de la WTA en simple et c'est l'une des nombreux joueurs de tennis qui ont pris fermement position contre le racisme ces temps-ci.

L'adolescente américaine Coco Gauff a également été très active sur la question. Gauff s'est exprimée lors d'un rassemblement en Floride, disant qu'elle voulait que les gens apportent des changements pour sa génération et les générations futures qui ne peuvent pas encore voter.

Gauff avait dit qu'elle était triste de voir qu'elle protestait contre la même chose contre laquelle sa grand-mère avait protesté il y a plus d'un demi-siècle.

Naomi Osaka
SHARE