Daniil Medvedev est un génie, pas un méchant - Son entraîneur


by   |  LECTURES 1358
Daniil Medvedev est un génie, pas un méchant - Son entraîneur

L'entraîneur de Daniil Medvedev, Gilles Cervara, a fait l'éloge du joueur russe à la suite de sa première demi-finale en Grand Chelem à l'US Open. Cervara a déclaré que le Russe ne devrait pas être décrit comme un gars méchant pour s’être moqué de la foule.

Il a ajouté : "Son jeu ressemble à sa personnalité. Très différente. J'ai déjà dit une fois que c'est comme entraîner un génie. Parfois, un génie, vous ne le comprenez pas.

C'est comme ça. Ils sont différents. Et vous devez vous connecter à ce gars tel qu’il est. Je pense que nous le faisons très bien. " Cervara a également fait l'éloge de l'esprit combatif de Medvedev : "Vous voyez aujourd'hui que c'était un match difficile, car il avait un problème à la jambe.

Mais, malgré cela, il a trouvé un moyen de se battre et de bien jouer au tennis avec ça, et de gêner Stan en l’empêchant de jouer". Vous savez, c'est comme si les gars ne savaient comment jouer, parce que sa balle semble facile à jouer mais c'est vraiment, vraiment difficile.

En outre, il couvre si bien le court. Son mental devient de plus en plus fort. C’est l’une des composantes de son succès dans sa carrière et aujourd’hui. " Au sujet du début de leur coopération, Cervara a ajouté : "Nous nous sommes rencontrés, vous savez, il y a cinq ans, car Daniil avait quitté la Russie pour la France afin de trouver un centre d’enraînement.

Et je m’en suis chargé avec mon collègue Jean-René Lisnard, dans un centre basé à Caan, appelé Elite Tennis Center. Et Daniil s’y est rendu il y a cinq ans. Petit à petit, j'ai commencé à l'entraîner, et maintenant je l'entraîne sur le Tour comme maintenant.

Je lui parle en français parce que, tout d'abord, à l'étranger, je ne voulais pas que quelqu'un comprenne ce que je lui disais. C'est pourquoi j'ai commencé à parler français avec lui.

Et comme il est intelligent, son cerveau le devient, il a appris le français comme ça en deux ans."