Mirra Andreeva : " J'ai besoin de plusieurs jours pour encaisser ma défaite "

Mirra Andreeva n'a pas pu continuer le rêve à Roland Garros et elle s'est inclinée à quelques pas de la finale.

by Khalil Semlali
SHARE
Mirra Andreeva : " J'ai besoin de plusieurs jours pour encaisser ma défaite "
© Getty Images Sport / Tim Goode

Mirra Andreeva n'a pas pu continuer le rêve à Roland Garros et elle s'est inclinée à quelques pas de la finale du Chelem Parisien contre une excellente Jasmine Paolini. La déception de le Russe était évidente lors de la conférence de presse d'après match mais elle garde tout de même un très bon souvenir de son passage mémorable dans la capitale Française : " Après une défaite, il est toujours difficile de retrouver des pensées positives, peut-être pas pour tout le monde, mais dans mon cas, je commence toujours par les pensées négatives.

Disons que je dois encore gérer cet aspect, peut-être que dans quelques jours je pourrai en parler avec mon équipe. Petit à petit, j'accepterai le fait que je me suis bien débrouillée ici, mais je sais que j'aurais pu faire mieux.

Dans l'ensemble, c'était un bon tournoi, j'ai juste besoin de quelques jours pour que les pensées négatives disparaissent et que je puisse voir tout cela avec du recul. "

Une défaite n'est jamais facile surtout aussi jeune

Avec le temps les joueuses et joueurs de tennis apprennent à encaisser les défaites mais elles restent toujours aussi dures, la Russe a expliqué que dans son cas , la gestion d'un mauvais match commençait par une longue nuit de sommeil : " Je resterai au lit, je dormirai 12 heures, je ne ferai rien.

Nous devrons prendre l'avion pour rentrer, mais je ne parlerai pas beaucoup, je serai trop déprimée avec moi-même. Si quelqu'un me pose une question, je répondrai en peu de mots, je préfère qu'on ne me parle pas.

Heureusement, tout est plus facile quand vous avez votre équipe et votre famille autour de vous, même si je ne pense pas que je parlerai beaucoup dans les prochains jours. "

Mirra Andreeva Mirra Andreeva Mirra Andreeva
SHARE