Andrey Rublev explique pourquoi il s'automutile et ne casse pas sa raquette



by KHALIL SEMLALI

Andrey Rublev explique pourquoi il s'automutile et ne casse pas sa raquette
© Getty Images Sport / Valerio Pennicino

Andrey Rublev a été l'auteur d'un énorme dérapage et d'images d'automutilations assez dingues lors des finales ATP. Le Russe s'en est pris à lui même en tapant à plusieurs reprises son genou avec le tamis de sa raquette.

Ce n'est pas la première fois que le Moscovite perd la tête et décide de s'infliger des sévices physiques et il choisit presque toujours de s'en prendre à ses jambes plutôt que de simplement casser la raquette comme le font la quasi totalité des joueurs frustrés.

Rublev : J'ai peur d'abimer ma raquette

On a demandé au Russe pourquoi justement il ne cassait pas sa raquette et s'en prenait à ses genoux ; ce à quoi il a répondu de manière assez hilarante comme à son accoutumée : " Pourquoi je vise les genoux ? Il y a deux raisons.

D'abord, à cause des raquettes. Je suis très sélectif, il m'est difficile de trouver des raquettes qui sont de mon goût. Même si elles sont identiques, seules deux ou trois des quinze raquettes que je possède me conviennent parfaitement.

C'est pourquoi il m'est très difficile de les frapper contre le sol ou les jeter, car si je les casse, je vais devoir chercher une autre bonne raquette pendant longtemps (rires). Et cela peut me prendre beaucoup de temps, alors je préfère encore frapper mes genoux que de les casser.

Deuxièmement, j'ai parfois tellement de ressentiment envers moi-même que je ne sais pas quoi faire pour me rendre compte qu'il faut que je me réveille. Dans ces moments-là, me frapper les genoux c'est une sorte de façon de me dire : "Réveille-toi, le match a commencé il y a une demi-heure !

" Après les accès de colère, je me sens coupable, parce que je sais qu'ils ne sont pas nécessaires, qu'ils ne servent à rien et pire qu'ils ne m'aident absolument pas du tout.. mais sur le moment, je ne réfléchis pas comme ca.

Ma colère vient de la volonté que j'ai de gagner, mais parfois cela conduit à une mauvaise attitude agressive. Quand on veut vraiment quelque chose et qu'on ne l'obtient pas, on peut perdre les pédales.

Ce sont les attentes que j'ai envers moi-même qui provoquent ces émotions, rien d'autre."

Andrey Rublev