Elina Svitolina : "Il n'est pas juste que les Russes continuent à jouer"

Elina Svitolina a critiqué la récente décision de Wimbledon de lever l'interdiction imposée aux joueurs de tennis russes et biélorusses.

by Khalil Semlali
SHARE
Elina Svitolina : "Il n'est pas juste que les Russes continuent à jouer"

Elina Svitolina a critiqué la récente décision de Wimbledon de lever l'interdiction imposée aux joueurs de tennis russes et biélorusses, qui pourront donc participer au troisième tournoi du Grand Chelem de la saison.

Dans une interview accordée au Daily Mail, la joueuse de tennis ukrainienne s'est montrée plutôt critique : "A mon avis, il ne devrait pas en être ainsi. Ce que le tournoi a fait l'année dernière était la bonne décision. Cette année, tout a changé et c'est très triste parce que la guerre est toujours terrible, l'armée russe tue encore beaucoup d'innocents.

Ce n'est pas fair-play. Je pense qu'il n'y a qu'un seul endroit où je m'entraîne encore. L'endroit où je m'entraînais le plus a été détruit par un missile. Notre sport a pris un retard d'au moins dix ans.

Les nôtres ne peuvent pas s'entraîner correctement et 150 athlètes ont été tués en combattant sur les lignes de front. Il est évident que ce ne sont pas des conditions équitables."


Svitolina sur les Russes et les Biélorusses dans d'autres sports.

Svitolina a attaqué la politique actuelle de l'ATP, de la WTA et de l'ITF : "La guerre a rapproché les joueurs ukrainiens.

Et nous sommes tous d'accord pour dire qu'il n'est pas juste pour nous que les Russes et les Biélorusses continuent à jouer. D'autres sports, les sports olympiques, n'autorisent pas les athlètes russes à concourir, il n'y a pratiquement que le tennis qui les autorise et je ne sais pas pourquoi.

Mentalement, il est très difficile de savoir qu'il y a peut-être des joueurs avec vous dans le vestiaire qui soutiennent la guerre. Comme la plupart d'entre eux n'ont pas fait de déclaration claire, on ne sait jamais ce qu'ils pensent vraiment".

L'ancienne numéro trois mondiale a ensuite déclaré dans l'interview : "Même si ce retour au pays m'a fait chaud au cœur à bien des égards, j'ai été triste de voir Odessa dans cet état.

Il est difficile pour ma grand-mère de sortir, car l'ascenseur ne fonctionne pas là où elle habite. Odessa était autrefois un endroit charmant où les gens allaient en vacances, l'atmosphère y était normalement très détendue, mais aujourd'hui, c'est très morne.

Il y a beaucoup de militaires dans les rues et 95 % de la ville n'est pas éclairée. Le chauffage n'est pas toujours disponible et c'était incroyablement difficile pour les gens au milieu de l'hiver, quand il faisait moins cinq ou moins dix degrés".

Elina Svitolina Wimbledon
SHARE