Daria Kasatkina : "Je veux aider ceux qui souffrent".

Daria Kasatkina est dans le collimateur d'un député Russe qui pourrait lui ruiner sa vie.

by Sarah Ait Salah
SHARE
Daria Kasatkina : "Je veux aider ceux qui souffrent".


Daria Kasatkina a répondu à Roman Teryshkov, un député de la Douma, le parlement russe, qui a demandé au ministre de la justice de la déclarer agent étranger, suite à ses actions.

Quelles actions ? Prouver au monde entier qu'elle s'est éloignée de la société russe. Un peu comme Karen Khachanov et Yevgeny Kafelnikov, le premier numéro un russe de l'histoire.
Teryushkov a expliqué qu'une première demande avait été rejetée et a insisté pour en envoyer une autre demandant que des mesures appropriées soient prises.

Daria a déclaré : "J'avais soit un rêve. Ou du moins un objectif. Participer à des œuvres de charité, aider ceux qui souffrent aujourd'hui et demandent de l'aide. Je veux développer le sport dans mon pays, créer les bonnes conditions pour qu'il soit accessible, faire en sorte que les parents n'aient pas à se demander où emprunter de l'argent ou dans quelle ville déménager pour permettre à leurs enfants de pratiquer le sport qu'ils aiment."

Il n'y a actuellement aucune nouvelle du gouvernement russe.

En bref : Kasatkina vit actuellement à Barcelone et a avoué il y a quelques mois dans une interview vidéo son homose*ualité et sa relation avec la patineuse artistique canadienne d'origine estonienne Natalia Zabiiako.


Daria Kasatkina : "Je veux aider ceux qui souffrent".


Dans l'une des scènes les plus touchantes du long entretien avec la blogueuse Vitya Kravchenko, la joueuse de tennis russe, qui a connu une saison parallèle en dents de scie sur le court, a eu du mal à cacher son inquiétude et ses larmes lorsqu'on lui a demandé si elle craignait désormais de ne jamais pouvoir revenir en Russie.


En effet, le gouvernement russe a approuvé en 2013 une loi qui interdit la propagande gay et, pour cette raison, interdit toute forme de marches de fierté LGBTQ+, et surtout prévoit la détention des militants pour la défense des droits homose*uels.

Que se passerait-il si l'on devait la déclarer agent étranger ? Kasatkina ne pourrait pas travailler avec des enfants ni enseigner dans des écoles, ni occuper des fonctions municipales ou étatiques, ni même organiser des événements publics.

En plus de cela, elle ne pourrait même pas investir dans des entreprises russes ou bénéficier d'avantages fiscaux. "Ce ne sont pas de bonnes nouvelles. J'espère que Daria va bien et qu'elle peut voyager où et comme elle veut", a écrit sur Twitter Martina Navratilova, qui avait également payé les conséquences financières en 1981 pour avoir déclaré son homose*ualité.

Daria Kasatkina
SHARE