Jimmy Connors se montre très critique : "Le tennis s'est appauvri".



by   |  LECTURES 10706

Jimmy Connors se montre très critique : "Le tennis s'est appauvri".

Ces derniers mois, certaines personnalités célèbres du monde du tennis ont exprimé leur opinion sur la nouvelle génération d'athlètes. En particulier, Toni Nadal a envoyé un message clair en exploitant le retrait de Jo-Wilfried Tsonga.

"Avec Tsonga, un style s'en va qui, je crois, aura complètement disparu dans quelques années. Le tennis du joueur qui joue plus avec le cœur qu'avec la technique et qui tend à impliquer le public plus que des athlètes complets et parfaits.

Aujourd'hui, il n'y a que des robots", a écrit Toni Nadal dans un éditorial. Jimmy Connors, ancien numéro un mondial et vainqueur de 109 titres sur le circuit majeur, a également émis une critique sévère du tennis moderne.

Jimmy Connors contre le tennis moderne

L'ancien champion des États-Unis a expliqué au podcast Advantage Connors : "Le tennis s'est appauvri, pour les meilleurs joueurs, seuls les Grands Chelems comptent.

Le joueur de tennis du futur sera différent. Il sera intéressant de voir où il aboutira. Il a beaucoup changé depuis mon époque, la façon de jouer a été révolutionnée.

Je ne sais pas si les nouveaux jeunes seront capables de frapper la balle encore plus fort." "Le prochain grand joueur de tennis sera différent, une sorte d'hybride, il montrera la puissance du tennis actuel mais aussi une attitude old school pour ressembler à Roger Federer."

Connors a enfin parlé de l'importance qu'ont pris les tournois du Grand Chelem par rapport aux autres épreuves du circuit : "À mon époque, chaque match comptait. On jouait plus et il était important de gagner contre d'autres grands rivaux.

Il y avait des rivalités qui duraient toute l'année et même dans les petits tournois, on pouvait voir du grand tennis, chacun donnait le meilleur de lui-même. Aujourd'hui, l'accent est mis uniquement sur les tournois du Grand Chelem, les autres ne sont qu'une préparation.

Beaucoup de gars pensent qu'ils ont déjà fait une bonne saison quand ils ont atteint une demi-finale ou une finale de Grand Chelem. Pour moi, c'est un appauvrissement"