Nick Kyrgios : "Ne pas avoir d'entraîneur, ça marche"

Nick Kyrgios arrive à gérer sans entraineur

by Veronique Martin
SHARE
Nick Kyrgios : "Ne pas avoir d'entraîneur, ça marche"

Après la défaite contre Hubert Hurkacz à Montréal, de pur épuisement, Nick Kyrgios n'apporte pas de changements particuliers au scénario face à Alejandro Davidovich Fokina à Cincinnati.

Il continue la chevauchée du talent Australien, un joueur totalement nouveau, et bien plus conscient de son potentiel, de la finale aux Championnats. Nick a expliqué : "Je joue beaucoup, mais je suis de plus en plus motivé.

Je vois la ligne d'arrivée. Après l'US Open, je rentrerai chez moi pour être avec ma famille et c'est une pensée constante bien sûr. Je suis fatigué, mais je ne peux pas m'empêcher de regarder devant et de penser match après match." "Il a un jeu très amusant et je suis sûr qu'il aura une très bonne carrière.

Il était très chaud aujourd'hui donc je suis très heureux d'avoir gagné contre un joueur aussi talentueux, je suis satisfait." À Cincinnati, des souvenirs indélébiles, bien sûr, mais la chance d'éviter le "drame" est finalement plus importante : "J'ai des souvenirs étranges ici, presque comme si je lançais une pièce sans savoir quelle version de Kyrgios est sur le terrain.

Cette semaine, j'espère juste que les choses sont calmes : je veux profiter du tournoi et gagner le plus de matchs possibles. J'ai de bons sentiments et je veux être à 100% à l'US Open."

Nick Kyrgios : "Ne pas avoir d'entraîneur, ça marche"

La présence d'un entraîneur n'est toujours pas nécessaire pour le talent Australien, qui a manifestement développé une routine maniaque : "J'étudie mes adversaires par moi-même et je pense que je suis assez bon.

J'ai toujours regardé beaucoup de matchs, même quand j'étais petit, donc je peux facilement capter les faiblesses et les forces de mes adversaires. Je connais aussi mon style de jeu et je sais ce qui est le plus fonctionnel pour moi.

Par exemple, si avec des joueurs comme De Minaur, Medvedev ou Fokina je prolonge trop le nombre d'échanges, je risque de gagner moins de points. Contre ces adversaires, je dois aller plus au filet et être plus agressif, j'en suis parfaitement conscient.

Ne pas avoir d'entraîneur a toujours fonctionné pour moi." Une prise de conscience, nous l'avons dit, fondamentale pour Kyrgios : "J'ai été un joueur trop émotif toute ma vie. Ma mère m'a vu grandir comme ça.

Je n'ai jamais accepté une défaite sans m'en vouloir ensuite. Être comme ça fait partie de moi, mais par exemple en ce moment je me mets moins en colère sur le terrain et cela fait la différence pour moi," a ajouté Nick Kyrgios.

Nick Kyrgios
SHARE