Révélations chocs de Jannik Sinner sur sa vie privée : "Je ne suis jamais allé en..."



by   |  LECTURES 22931

Révélations chocs de Jannik Sinner sur sa vie privée : "Je ne suis jamais allé en..."

Dans une récente interview, Jannik Sinner s'est à nouveau exprimé sur les différences qui existent entre lui et tout autre jeune de 20 ans, surtout en dehors du court de tennis, en racontant un peu ce qu'il aime faire dans le peu de temps libre dont il dispose.

L'Italien est actuellement l'un des meilleurs talents de son pays, avec beaucoup de potentiel et de qualités à exploiter et à améliorer dans un futur immédiat pour s'en sortir avec des satisfactions importantes dans l'ATP Tour.

Le garçon de San Candido, à l'âge de 20 ans, a déjà atteint le top 10, actuellement en neuvième position, et il a pu conquérir les quarts de finale de trois tournois du Grand Chelem différents, seul l'US Open lui manque.

Après un nouveau problème physique à la cheville, pour lequel il a décidé de reporter son retour d'une semaine, le joueur italien est prêt à entrer sur le terrain sur la terre battue d'Umag pour chercher également son premier titre ATP de la saison 2022.


Curiosités sur Jannik Sinner

Sinner s'est ouvert sur sa vie privée et a révélé d'autres détails très intéressants. L'Italien a d'abord fait remarquer pourquoi il s'est lancé dans le tennis : "En ski, on est éliminé par une erreur.

Dans le football, un joueur seul ne peut pas faire la différence. Dans ce sport, par contre, vous êtes seuls contre l'autre : c'est une bataille mentale, comme aux échecs. Il faut entrer dans la tête de l'adversaire.

C'est le véritable but du tennis. D'ailleurs, les meilleurs joueurs de tennis sont ceux qui gagnent même en jouant mal." Puis quelques curiosités : "Sans le soutien de la famille, tout cela aurait été impossible.

Ils m'ont appris à être un gars normal et tranquille, en dehors du terrain je ne fais rien. J'aime faire du karting, faire un barbecue et sortir avec des amis. Pub et discothèque ? Non, je n'y suis jamais allé.

Je ne suis pas vraiment du genre. La famille m'a appris à être d'abord une bonne personne et ensuite un grand professionnel. J'ai commencé à lire beaucoup cette année : des livres de sport comme les histoires d'Ibrahimovic, Lindsey Vonn et maintenant je suis passé à LeBron. J'aime particulièrement lire après le dîner, si je suis fatigué je m'endors."