Elena Rybakina : "Je n'ai pas choisi où je suis née".

Rybakina est née à Moscou et a vécu en Russie et ce n'est que dans un second temps qu'elle a été naturalisée kazakhe.

by Sarah Ait Salah
SHARE
Elena Rybakina : "Je n'ai pas choisi où je suis née".

À Wimbledon 2022, le Grand Chelem dans lequel les Russes et les Biélorusses n'étaient pas admis, l'ancienne Russe Elena Rybakina triomphe en trois sets contre Ons Jabeur et remporte le premier titre du Grand Chelem de sa carrière.

Elle a déclaré en conférence de presse immédiatement après la victoire du tournoi anglais : "Je n'arrive toujours pas à y croire je suis super fière de moi, aussi de mon équipe et de tous ceux qui ont travaillé avec moi.

C'était difficile, mais nous l'avons fait ensemble." La Kazakh a révélé que les prémisses, sur le plan nerveux, n'étaient pas les meilleures : "J'étais super nerveuse. Hier, j'ai fait un bon entraînement, mais dans l'après-midi, j'ai commencé à être nerveuse, même aujourd'hui dans la matinée.

e me suis dit que c'était un match et que j'avais déjà eu l'expérience. Dans le pire des cas, on perd le match. Malheureusement, j'ai eu beaucoup de matches comme celui-ci, donc ça m'a aidé.

J'essayais de me convaincre que cela allait se reproduire, que ce ne serait pas ma dernière finale."
"J'essayais donc de me détendre". Une attitude qui s'est vue dans le premier set, où la jeune femme de 23 ans a démarré avec quelques difficultés ; ce n'est que dans la deuxième et dans la troisième partie qu'elle s'est imposée face à sa rivale tunisienne.

Elena Rybakina : "Je n'ai pas choisi où je suis née".

Lors de la conférence de presse, les questions n'ont pas manqué sur la problématique russe. La joueuse de tennis, numéro 23 mondiale, est née à Moscou et a vécu en Russie et ce n'est que dans un second temps qu'elle a été naturalisée kazakhe.

Lors d'une conférence de presse, un journaliste lui a demandé si elle condamnait l'invasion de l'Ukraine par la Russie de Vladimir Poutine. Dans un premier temps, Mme Rybakina a répondu qu'elle ne la comprenait pas ; lorsqu'elle a reposé la question, cependant, elle a dit que vous ne comprenez pas bien l'anglais : "Je peux seulement dire que je représente le Kazakhstan, je n'ai pas choisi où je suis née.

Les gens m'ont fait confiance, le Kazakhstan m'a soutenue. Aujourd'hui encore, j'ai senti le soutien des tribunes, j'ai vu les drapeaux dans les tribunes", a été la réponse finale du Kazakh à la question sur la guerre.

Elena Rybakina
SHARE