Nick Kyrgios : "Je déteste et j'aime le tennis"

Kyrgios est ravi de son parcours à Wimbledon.

by Sarah Ait Salah
SHARE
Nick Kyrgios : "Je déteste et j'aime le tennis"

Nick Kyrgios a joué sa première finale de chelem en carrière à presque 27 ans. Le tennisman australien n'a pas joué la demi-finale en raison de la blessure de Rafael Nadal qui a été contraint de déclarer forfait en raison d'une blessure abdominale de 7 mm.

Le tennisman australien, en conférence de presse, a expliqué qu'il n'avait pas eu l'occasion de parler avec le vingt-deux fois vainqueur du chelem : "Je n'ai pas pu parler à Rafa, j'ai tout appris alors que j'étais au dîner, avant sa conférence de presse.

Mon premier sentiment a été la déception. J'avais concentré toutes mes énergies pour l'affronter, dans ma tactique de jeu, dans les émotions de l'entrée sur le terrain et tout le reste.

Ce n'était pas facile pour lui de prendre cette décision. Je suis sûr qu'une partie de lui voulait jouer le match. Cette année, il a très peu perdu, je suis sûr qu'il aurait voulu gagner les quatre tournois du Grand Chelem, donc ce n'était pas facile.

Je me suis dit que j'allais faire un petit post pour dire que nous avons eu de belles batailles, et qu'en gros tout le monde voulait voir comment nous allions nous battre aujourd'hui."
"J'espère simplement qu'il va mieux".

A propos de sa participation à la finale d'un chelem : "Je n'ai jamais pensé que je pourrais arriver ici, si je dois être complètement honnête. Je ne remercierai jamais assez le circuit junior pour ce qu'il a fait pour ma confiance lorsque j'étais numéro un mondial.

J'ai participé aux tournées du Grand Chelem et j'ai côtoyé les meilleurs professionnels, je les ai vus ici, mais je n'ai jamais pensé que je pourrais me battre pour le titre. Il me semble que c'est l'apogée du tennis.

Une fois que vous avez remporté un titre du Grand Chelem, que pouvez-vous faire d'autre ? Je suis fier et j'ai hâte de passer à autre chose. Je vais tout donner et nous verrons ce qui se passera." malheureusement pour Kyrgios Novak Djokovic a été beaucoup plus fort en finale des championnats.

Nick Kyrgios : "Je déteste et j'aime le tennis"

Le succès à Melbourne en double était important : "Le double à l'Open d'Australie m'a beaucoup aidé au niveau du Grand Chelem. Même si c'était un double et que c'était loin d'être comparable aux besoins physiques du simple, mais la routine de jouer, se reposer, s'entraîner puis rejouer pendant deux semaines, je l'ai intériorisée.

J'ai réalisé que dans un Grand Chelem, on passe beaucoup de temps au même endroit et qu'on ne peut pas s'amuser autant qu'on le voudrait. Il faut rester chez soi, isoler l'esprit de l'extérieur. A Melbourne, j'ai compris cela, même s'il s'agissait de gagner le double.

Au cours de ma carrière, je n'ai pas réalisé que ces jours de repos et d'entraînement étaient essentiels. Par exemple, j'ai battu Paul Jubb 7-5 dans le cinquième set au premier tour ...

et maintenant je suis en finale. Dans les tournois du Grand Chelem, il faut surfer sur les vagues et prendre des coups. On ne sait pas ce qui peut se passer. On peut être à quatre points de rentrer chez soi et onze jours plus tard se battre pour le titre.

Maintenant, je suis plus conscient de tout cela." A propos de sa relation d'amour et de haine avec le tennis : "Je ne sais pas si la situation va changer. Il y a des moments où je déteste ce sport, mais il y a aussi des moments où je me sens comme l'une des personnes les plus compétitives sur la face de la terre.

Je suis compétitif pour tout, que ce soit pour la Nintendo, pour jouer au basket, pour tout. J'aime le tennis, mais j'aime surtout la compétition. J'aime le fait qu'il y ait un gagnant et un perdant dans le sport, et je ne sais pas si je changerai jamais cela.

Une chose est sûre : que je gagne ou que je perde, je repartirai heureux dimanche. C'est un succès incroyable, surtout à 27 ans, dans ce que je pensais être la dernière étape de ma carrière. Je n'ai jamais pensé que je pourrais être ici un jour".

Nick Kyrgios Wimbledon
SHARE