Kevin Anderson identifie ce dont le tennis a besoin.



by   |  LECTURES 758

Kevin Anderson identifie ce dont le tennis a besoin.

L'ancien finaliste du Grand Chelem Kevin Anderson pense qu'il doit y avoir une meilleure communication entre les Grands Chelems et les joueurs, car il estime que le jeu n'a absolument pas besoin de situations désordonnées.

En avril, Wimbledon a imposé des interdictions aux joueurs russes et biélorusses. La décision de Wimbledon n'a pas été très bien accueillie par les joueurs, Novak Djokovic et Rafael Nadal l'ayant qualifiée d'"injuste"

L'ATP a également fait savoir qu'elle ne soutenait pas la décision et a prévenu Wimbledon de s'attendre à une sanction. En mai, l'ATP a annoncé la suppression des points de classement pour le tournoi de Wimbledon de cette année.

Aujourd'hui, c'est une situation plutôt perdante pour toutes les parties. Les joueurs russes et biélorusses ne seront pas autorisés à participer à Wimbledon, tandis que ceux qui y participeront ne recevront aucun point de classement.

"Je pense qu'il est important d'avoir une meilleure relation entre les Grands Chelems et les joueurs", a déclaré Anderson. "En tant que joueurs, on a parfois l'impression que les Grands Chelems agissent de manière un peu indépendante.

Même si je peux comprendre la décision de Wimbledon et certaines de ses raisons, il faut que la communication entre ces entités et les joueurs s'améliore. Retirer des points (de classement) est sans précédent"

Anderson a pensé à se retirer à Wimbledon

En mai, Anderson a annoncé sa retraite du tennis. Anderson, 36 ans, a joué pour la dernière fois au Masters de Miami en mars, où il a subi une défaite au deuxième tour contre Francisco Cerundolo.

Anderson a envisagé de prendre sa retraite à Wimbledon, mais a finalement décidé de ne pas le faire. "Cela m'a traversé l'esprit de jouer encore un grand tournoi, mais toute ma carrière a été axée sur l'entraînement professionnel, la préparation aux tournois et la volonté de bien faire", a déclaré Anderson.

"Je savais qu'il était temps de prendre du recul. Si je ne m'investissais pas pleinement dans la compétition, si je ne me préparais pas, et si j'allais jouer, disons à Wimbledon, pour le plaisir de le faire une fois de plus, cela ne correspondrait pas à ce que je suis en tant que joueur de tennis et cela me convient."