La légende Pam Shriver raconte une relation "inappropriée" avec son ex-entraîneur

"Mon cas n'était pas le seul sur le tour à l'époque...", a affirmé Pam Shriver.

by Shyrem
SHARE
La légende Pam Shriver raconte une relation "inappropriée" avec son ex-entraîneur

La finaliste de l'US Open de 1978, Pam Shriver, a parlé d’une histoire relatée dans The Telegraph, où elle a révélé qu'elle avait eu "une relation inappropriée et préjudiciable avec mon entraîneur beaucoup plus âgé" qu’elle.

Shriver, ancienne No. 3 mondiale, avait 17 ans lorsque la relation avec son entraîneur Don Candy a débuté. Candy, maintenant décédé depui juin 2020, avait alors 50 ans lorsque qu’il a entaméune relation avec sa joueuse.

"Je crois que les relations d'entraînement abusives sont extrêmement courantes dans le sport dans son ensemble", a écrit Shriver dans The Telegraph. "Mon expérience particulière, cependant, s’est produite dans le tennis, où j'ai été témoin de dizaines de cas au cours de mes 4 décennies et demi en tant que joueuse et commentatrice.

Chaque fois que j'entends parler d'un joueur qui sort avec son coach, ou que je vois un kiné masculin travailler sur un corps féminin dans le gymnase, c’est comme une alarme qui sonne en moi", a-t-elle expliqué.

Shriver : Mon cas n'était pas le seul sur le tour

Shriver a révélé que sa relation avec son entraîneur était devenue sexuelle tandis qu’elle avait l'âge de 20 ans, mais tout en ajoutant qu’il n’y avait pas eu d'abus sexuel.

Cependant, Shriver a dit qu'il y avait eu de la violence psychologique et que cela a laissé des traces. Dans une interview avec ESPN's Outside The Lines, Shriver a détaillé à quel point elle se sentait parfois "misérable".

"J’ai ressenti beaucoup de honte et de culpabilité", a déclaré Shriver à OTL. "Je ressentais aussi beaucoup de colère, de jalousie lorsque sa femme venait aux tournois. Et donc je me sentais juste fondamentalement, parfois vraiment misérable.

Et parce que je vivais, vous savez, la vie dans laquelle vous essayez de devenir la meilleure joueuse de tennis possible, je ne comprenais vraiment pas à quel point le fait de jongler avec ça et le secret étaiet difficile.

Et donc j’ai juste gardé tout cela pour moi. Certains de mes amis proches ont fini par l’apprendre, mais vous savez quoi ? C'était un peu, je ne veux pas dire normalisé, mais je n'étais plus la seule.

Nous n'étions pas la seule relation qui franchissait les frontières sur le tour à l'époque".

Pam Shriver
SHARE