Stakhovsky envoie un message aux Russes qui ont peur de condamner Vladimir Poutine



by SARAH AIT SALAH

Stakhovsky envoie un message aux Russes qui ont peur de condamner Vladimir Poutine

L'ancien numéro 31 mondial Sergiy Stakhovsky a exhorté les joueurs russes et biélorusses à se mobiliser et à condamner ce qui se passe en Ukraine. Le mois dernier, le ministre britannique des sports, Nigel Huddleston, a proposé que les joueurs russes soient tenus de signer une sorte de formulaire anti-Vladimir Poutine ou soient interdits de participation à Wimbledon.

Beaucoup ont qualifié cette proposition de dangereuse et ont fait valoir que dénoncer publiquement Poutine pourrait mettre en danger les joueurs russes et leurs familles. Wimbledon a finalement décidé de ne pas emprunter cette voie, mais a tout de même interdit aux joueurs russes et biélorusses de participer aux Championnats.

"Vous ne pouvez pas être neutre. S'ils ont peur des répercussions financières ou de passer une nuit en prison, eh bien je suis désolé, c'est toujours mieux qu'une fusée qui atterrit sur le pas de votre porte", a déclaré Stakhovsky au Daily Mail.

Stakhovsky sur la décision de l'équipe de Wimbledon

Stakhovsky, qui a assommé le recordman Roger Federer, huit fois champion de Wimbledon, au All England Club en 2013, a admis avoir été surpris par la position ferme de Wimbledon.

''Je ne peux pas dire que c'était une réaction joyeuse mais c'est quelque chose qui, selon moi, devrait être fait'', dit-il.
"Dans les deux premières semaines de la guerre, j'étais plus décontracté à ce sujet, pensant que chaque individu devrait être jugé en fonction de sa position, mais nous savons comment les troupes russes se comportent dans les villes occupées.

Nous savons ce qu'elles peuvent faire : massacrer, violer, torturer. Donc je suis désolé, j'ai maintenant un point de vue différent", a déclaré Stakhovsky. "Pour être honnête, j'ai été un peu choqué parce que cette position (celle de Wimbledon) est très forte et je ne m'y attendais pas.

Mais bien sûr, je suis reconnaissant de leur décision, car je ne pense pas qu'il y ait autre chose à faire pour le moment. C'est un championnat qui a toujours eu ses propres règles. Les vêtements blancs et d'autres choses ont toujours été obligatoires. C'était toujours différent parce que c'est un club privé".

Wimbledon