Jannik Sinner : "Je dois prendre du muscle"

L'Italien revient sur les améliorations qu'il fait et qu'il doit encore faire pour atteindre de plus grands objectifs.

by Sarah Ait Salah
SHARE
Jannik Sinner : "Je dois prendre du muscle"

Le chemin de la maturité de Jannik Sinner continue et il est récemment passé par la Principauté de Monaco, où le jeune a terminé sa course aux quarts de finale du Monte Carlo Masters en s'inclinant face à Alexander Zverev au terme d'un match très dur, fait de nombreux retournements de situations.

Un match que Jannik a perdu et retrouvé plusieurs fois et qu'il a réussi à amener jusqu'au tie-break du troisième set. Au tour précédent, cependant, il a remporté une victoire convaincante sur le numéro 8 mondial Andrey Rublev, finaliste de la dernière édition à Monte-Carlo.

Sinner qui, après avoir fermé la parenthèse en Principauté, a choisi de ne pas partir pour Barcelone dans le but de récupérer de précieuses énergies en vue du triptyque Madrid-Rome-Paris.

Interviewé par La Stampa, Jannik Sinner a donc retracé les progrès réalisés dans un passé récent, puis s'est projeté dans le futur immédiat, en commençant par son jeu et son approche des matchs.


Il a déclaré : "Je ressens la tension, comme tout le monde. Je n'ai pas peur. Qu'il m'arrive d'essayer, un peu, quand je me suis jeté de la montagne à ski, en descente. Au tennis, non. C'est dans les points décisifs qu'apparaît le vrai caractère d'un joueur.

Cela me vient naturellement de tirer fort quand il y a un point qui compte. Même si parfois je devrais apprendre à y mettre plus de rotation".

Jannik Sinner admet : "Je dois prendre du muscle"

Le 2 mai fait partie des dates à marquer d'un cercle rouge sur le calendrier de Jannik Sinner : c'est la date du début du Masters 1000 de Rome.

Un tournoi qui, comme le déclare le jeune homme de 20 ans originaire de Sesto Pusteria, est impatient de jouer : "C'est la chose que je préfère par-dessus tout. Jouer à domicile met un peu plus de pression, c'est vrai.

Mais d'un autre côté, quand la foule crie votre nom, c'est une sensation fantastique. Et le public peut vraiment vous remonter le moral et vous faire gagner un match quand vous êtes en crise." D'un point de vue technique, Sinner a expliqué ce sur quoi il travaille principalement : "Le service est le coup sur lequel je dois travailler, je le sais.

Maintenant, je sers déjà un peu plus fort, il a suffi d'intervenir sur quelques petits détails, contre Carreno Busta à Miami, par exemple, j'ai frappé 15 aces, et cela ne m'était jamais arrivé.

Mais il y a d'autres choses : le toucher de balle, le slice du revers. Il faut les entraîner, on ne peut pas les jouer seulement en match, même si ce ne sera jamais mon point fort. Je sais aussi que je dois prendre du muscle".

Finalement, en ce qui concerne l'approche des matchs, l'Italien a illustré la clé : "Jouer à 100% avec ce que l'on a. J'essaie de le faire à chaque match, de m'en sortir même si je ne suis pas au mieux physiquement ou que ce n'est pas mon jour.

Si votre service ne fonctionne pas, vous pouvez toujours essayer le coup droit, le revers, la volée."

Jannik Sinner
SHARE