Naomi Osaka sur les critiques et les sceptiques : "Je m'en f**s maintenant"



by   |  LECTURES 1549

Naomi Osaka sur les critiques et les sceptiques : "Je m'en f**s maintenant"

Naomi Osaka, quadruple championne du Grand Chelem, a fait savoir qu'elle avait suffisamment fait ses preuves et qu'elle ne se soucie plus de ceux qui ont des commentaires négatifs à faire à son sujet.

"Entre dans chaque match de ce tournoi comme si tu avais quelque chose à prouver", lui a dit un fan sur Instagram. "Respectueusement, je n'ai rien à prouver", lui a alors répondu Osaka.

"Avant mon premier chelem, on m'a dit que j'avais du potentiel mais que je n'allais probablement pas en profiter. Après mon premier chelem, on m'a dit que j'avais eu de la chance et que ça ne durerait pas.

Après mon deuxième Chelem, on m'a dit que je pouvais être génial mais je n'étais pas certain. Après mes troisième et quatrième chelems, on m'a dit que je ne serais bonne que sur les courts durs.

Morale de l'histoire : les gens auront toujours quelque chose à dire et moi, je m'en f**s maintenant."

Naomi Osaka a bien démarré l'année 2022

Osaka a connu une saison 2021 difficile qui s’et ouverte avec des problèmes de santé mentale, qui l’ont poussé à prendre deux pauses de tennis afin de pouvoir davantage se concentrer sur son bien-être mental.

Osaka, qui a remporté le Melbourne Summer Set 1 la semaine dernière, a révélé avant le tournoi que son objectif pour la saison 2022 était de s'amuser et de ne plus jamais pleurer durant les conférences de presse.

"Je n'ai vraiment qu'un seul objectif majeur cette année, et cela n’a aucun rapport avec les résultats et des choses du genre", a déclaré Osaka. "Pour moi, je veux juste avoir l'impression que chaque fois que je monte sur le court, je m'amuse.

Je peux quitter le court en sachant que même si je perdais, j'ai essayé aussi fort que possible. J'ai aussi un objectif concernant la salle de presse : que je ne pleurerai plus jamais, alors j'espère que cela jouera en ma faveur", a expliqué la championne japonaise.

"J'ai juste l'impression que je suis le genre de personne qui se soucie un peu trop des résultats, du classement et des trucs comme ça. Et j'ai juste besoin de trouver un moyen de profiter à nouveau du jeu, parce que c'est la raison pour laquelle j’ai commencé à jouer en premier lieu."