Sabalenka explique comment 2 défaites en demi-finale du Grand Chelem l'ont aidée



by   |  LECTURES 1065

Sabalenka explique comment 2 défaites en demi-finale du Grand Chelem l'ont aidée

La numéro 2 mondiale Aryna Sabalenka a été extrêmement déçue après avoir perdu deux demi-finales du Grand Chelem en 2021, mais à présent, elle en a tiré quelque chose de positif et espère que l'expérience acquise pour ces deux défaites l’aidera à aller de l’avant.

Sabalenka a disputé sa première demi-finale du Grand Chelem à Wimbledon 2021, avant de s'incliner face à Karolina Pliskova. Sabalenka a ensuite atteint une autre demi-finale à l’US Open, mais elle ne l’a pasnon plu remportée pour atteindre la finale.

C’était après avoir perdu contre Leylah Fernandez. "Je pense que ces deux matchs que j'ai perdus en demi-finale c’étaient parce qu’il y avait ce petit pas en plus pour réaliser ce rêve (d’aller en finale).

J'étais vraiment nerveuse. Je pense que maintenant, je comprends en quelque sorte que je peux le faire. Et à présent, je pense que je ne serai plus nerveuse lors de la demi-finale du Grand Chelem", a déclaré Sabalenka, comme rapporté par Lorenzo Ercoli.

Sabalenka a expliqué la pression d'une demi-finale du Grand Chelem

Aryna Sabalenka était la favorite dans ses deux demi-finales du Grand Chelem, mais n’a finalement pas réussi à atteindre la finale.

"Je travaille avec un psychologue depuis très longtemps. En fait, si vous me voyez comparé à il y a 4 ans, vous verrez que j'ai amélioré mon état mental. Il me semble qu'aucun psychologue ne pourra me préparer à ces situations (en Grand Chelem).

Vous devez le vivre vous-même, le ressentir, vous sentir devenir nerveux et comprendre cette situation par vous-même. Je suis plus que sûr que lors de la prochaine demi-finale du Grand Chelem, je ne serai pas aussi nerveuse que je l’ai été.

J'agirai avec plus de confiance, je ne ferai pas les erreurs stupides que j'ai commises dans les moments importants de la dernière demi-finale. C'est une question d'expérience et il faut passer par là.

Je ne pense pas qu’un psychologue sera en mesure de vous préparer à cela", déclarait Sabalenka en octobre dernier.