Ashleigh Barty: "Jai été touchée par la négativité au sujet du classement et d'Osaka"



by   |  LECTURES 1340

Ashleigh Barty: "Jai été touchée par la négativité au sujet du classement et d'Osaka"

Ashleigh Barty a admis qu'elle était ébranlée par la négativité à laquelle elle a été confrontée en début de saison et par les affirmations selon lesquelles Naomi Osaka méritait d'être classée numéro 1.

Osaka a remporté deux titres du Grand Chelem consécutifs à l'US Open 2020 et à l'Open d'Australie 2021, mais Barty a conservé sa place de numéro 1 en vertu du nouveau classement protégé de la WTA.

Barty a été assez constante au cours des dernières années, puisqu'elle a terminé la saison en tant que numéro 1 de fin d'année pour la troisième année consécutive.

"Je suis incroyablement fière de conserver la première place à la fin de l'année 2021, après une saison aussi difficile et inhabituelle", a déclaré Barty à Code Sports.

"Avoir passé autant de temps sur la route, avoir demandé aux personnes que j'aime et que j'admire de me soutenir et de faire des sacrifices, et pour nous de l'emporter est un accomplissement à célébrer.

Quand je regarde la saison, il y avait quatre phases critiques pour s'accrocher au meilleur classement. J'avais l'impression que les gens se demandaient si j'étais la numéro 1 légitime étant donné que Naomi Osaka avait remporté deux Grands Chelems de suite.

C'était probablement la première fois que je me sentais un peu déstabilisée et je voulais vraiment faire une déclaration sur le court"

Barty a fait une déclaration à l'Open de Miami

Barty a remporté le Masters de Miami en mars et a gagné Wimbledon quelques mois plus tard.

Barty n'a pas joué après l'US Open mais a tout de même terminé l'année en tant que numéro 1. "Passer ce tournoi - et jouer si bien à la fin pour défendre ma couronne de 2019 - a été ressenti comme un moment charnière, en particulier après avoir surmonté une balle de match dans mon match du premier tour contre la qualifiée Kristina Kucova", se souvient Barty.

"C'est alors que j'ai réalisé que je voulais vraiment être la numéro 1. Il ne s'agissait pas des honneurs. C'était la prise de conscience de ma détermination, de mon esprit de compétition qui brûlait.

Je me suis dit : "Vous savez quoi ? Il va falloir que quelqu'un soit vraiment, vraiment bon pour m'enlever cette place"