"Nous n'étions pas préparés à faire face aux accusations de violence domestique"



by   |  LECTURES 2378

"Nous n'étions pas préparés à faire face aux accusations de violence domestique"

Le président de l'ATP, Andrea Gaudenzi, n'a voulu révéler aucun détail concernant leur enquête sur les allégations de violence domestique contre Alexander Zverev. Il a admis cependant que l'ATP n'était pas préparée à faire face à des allégations de cette nature.

L'ex-petite amie de Zverev, Olya Sharypova, a accusé la star du tennis allemande de violence domestique et dans l'une de ses interviews, elle a même affirmé que Zverev avait tenté de l’étouffer avec un oreiller.

"Ce que je peux dire à ce sujet, sans révéler où nous en sommes, c'est que nous devons être honnêtes et dire qu'il s'agit d'un "nouveau territoire" pour nous, dans le monde du tennis.

La NFL a eu à traiter des cas de ce genre. C'est comme le dopage dans les années 1990 ; nous n'étions pas préparés à cela. Nous avons appris, et maintenant nous avons les structures qu’il faut pour y faire face", a déclaré Gaudenzi au magazine L'Equipe.

"Ici, c'est encore nouveau. Nous devons apprendre, faire appel à des experts. C'est un problème sensible. On ne se voile pas la face en disant qu'il n'y a pas de problème", a-t-il poursuivi.

L'ATP a ouvert une enquête sur Alexander Zverev en octobre

Massimo Calvelli, PDG de l'ATP, a déclaré : « En tant qu'organisation, nous reconnaissons la nécessité d'en faire davantage pour garantir que toutes les personnes impliquées dans le tennis professionnel se sentent en sécurité et protégées.

Les recommandations du rapport sur la sauvegarde nous aideront à aborder cette question d’une manière solide. Nous nous engageons à faire des progrès significatifs et savons que ce ne sera pas un processus qui sera au point du jour au lendemain.

Les allégations portées contre Alexander Zverev sont graves et nous avons la responsabilité d'y répondre. Nous espérons que notre enquête nous permettra d'établir les faits et de déterminer les mesures de suivi qui seront appropriées.

Nous comprenons que Zverev se félicite de notre enquête et reconnaissons qu'il a nié toutes les allégations. Nous surveillerons également toute évolution juridique ultérieure à la suite de l'injonction préliminaire obtenue par Zverev devant les tribunaux allemands ».

Après que l'ATP ait lancé son enquête, Zverev a affirmé qu’il en était ravi et qu’il demandait cela depuis quelques temps déjà. Zverev a répété à plusieurs reprises qu'il était innocent, et qu’il est convaincu que les résultats de l'enquête de l'ATP soutiendront ses affirmations.