Les tournois de tennis ne sont PAS PLUS GRANDS que les légendes du tennis !



by   |  LECTURES 3535

Les tournois de tennis ne sont PAS PLUS GRANDS que les légendes du tennis !

Aucun tournoi ne devient grand sans la présence de joueurs légendaires, emblématiques. Si 50 éditions d’Open d’Australie avaient été par remportées par 50 personnes différentes, où serait la légende ? Où serait l’éclat ? Et si aucun joueur du Top 10 ni du Top 20 ne se présentait lors d’un Majeur, pourrait-on encore parler de tournoi majeur? Il devient dès lors impossible de dissocier les grands tournois des grands hommes et grandes femmes qui ont marqué et écrit son histoire.

Un grand tournoi peut très bien se tenir en l’absence d’un grand joueur, mais les tournois ne sont aucunement plus grands que les joueuses et joueurs de légende qu'a connu notre sport. Le tennis est différent des sports tels que le football ou le basketball, qui se jouent tou en équipe.

Avec le tennis, c’est une personne seule qui se retrouve comme face au monde et face à son destin, qui élimine ses adversaires l’un après l’autre comme le ferait un héros en mission que rien ne peut arrêter.

C’est un seul homme, une seule femme, qui arrive à bout de tous les autres, qui arrive au bout, et qui peut enfin soulever le fabuleux trophée. C’est épique, car c’est un homme seul, c’est une femme seule qui fait des exploits et qui parfois, les répète un nombre incroyable de fois !

C’est aussi sans doute ce qui explique que le simple soit davantage populaire que le double, qui se joue à deux, et qui mérite de même tout notre respect tout comme on respecte une équipe de 11 personnes qui auraient remporté une coupe du monde.

Les tournois ne sont pas plus grands que les joueurs légendaires

Plusieurs personnes dans le monde ne savent même pas qu’il existe 4 tournois du Grand Chelem au tennis, ni sur quelles surfaces ils se jouent, mais une multitude de personnes sait très bien qui sont Serena et Venus Williams, qui est Roger Federer, qui est Rafael Nadal et qui est Novak Djokovic.

Plusieurs ne savent pas depuis combien d’années existent l’Open d’Australie ni même si ce tournoi du Grand Chelem continuera à être joué en Australie dans quelques années, mais plusieurs savent que chaque joueur du Big 3 possède actuellement 20 titres du Grand Chelem et que c'est quelque chose que l'on n'avait jamais vu auparavant.

Et si plusieurs connaissent Roland Garros, c’est aussi parce qu’un joueur espagnol nommé Rafael Nadal, qui a fait des choses que personne d'autre n’a jamais faite, a remporté ledit tournoi à 13 reprises.

Certaines personnes n’auraient pas de raison de s’inquiéter de Roland Garros si Roland Garros n’avait pas cette histoire surhumaine à raconter, si les champions de Roland Garros s’étaient toujours succédé sans se ressembler d’année en année.

13 trophées pour 13 personnes, cela n’a pas la même valeur que lorsque les 13 trophées en question ont tous été remportés par une seule et même personne. Ailleurs, dans d’autres sports, on peut voir aussi que les tournois ne sont pas plus grands que leurs plus grands participants.

On peut bien ne connaître aucun championnat de la formule 1, absolument aucun, mais on sait qu’un homme a inscrit des palmarès époustouflants comme on n’en a jamais vu auparavant : Michael Schumacher, Lewis Hamilton.

On peut bien ne rien connaître au golf ni à ses tournois, ne pas même aimer le golf, mais on sait que le nom de Tiger Woods est bien plus grand que n’importe quel tournoi de golf à travers le monde.Que dire encore de Michael Jordan ou de Mike Tyson ? Les tournois du Grand chelem et les légendes du tennis : les deux sont indissociables l’un de l’autre, mais s’il fallait encore choisir entre les deux, on choisirait la joueuse et le joueur de tennis qui a accompli des exploits majeurs et qui a écrit l’histoire du tennis.

Car, l’Open d’Australie peut bien perdre de son éclat le temps d’un scandale ou indéfiniment, mais Rod Laver, ses 2 Grands Chelems calendaires et son accomplissement ne souffriront jamais d’aucune ride.

Il en est de même pour Margaret Court et de son record de tous les temps, hommes et femmes confondus, en simple majeur. L’absence d’une légende n’empêche pas un tournoi d’exister bien sûr, mais le tournoi ne peut pas être plus grand que sa légende.

Pourquoi donc chercher une opposition entre tournois et grands joueurs ? Il ne devait jamais y en avoir. Mais, s’il y a opposition c’est celui qui tenait la raquette et qui est resté le dernier homme, la dernière femme debout, un nombre de fois inouï, qui l’emportera au final.

Qui pourrait sérieusement parler de Wimbledon sans citer le nom de Roger Federer ? Qui penserait jamais à opposer Wimbledon et Federer ? Les deux se complètent, mais l’homme reste plus grand que le lieu.

Au tennis, Novak Djokovic n’est pas seulement plus grand que l’Open d’Australie, il est aussi le plus grand de l’histoire de l’Open d’Australie, possédant un nom bien plus grand encore que ce tournoi, si seulement l’on se donne la peine de regarder les choses à l’échelle du monde et non pas à l’échelle d’un joueur de tennis (qui a une bonne connaissance du circuit et de l’ensemble des tournois).

Un tournoi sans histoire et sans légendes n’est qu'un terrain de jeu géant comme un autre, un complexe de jeu comme un autre. On ne peut pas aimer le tennis et ignorer cela, on ne peut pas aimer le tennis et vouloir en minimiser les légendes qui ont joué un tennis incroyable pour mériter de rentrer dans l’histoire.

On ne peut pas "effacer" la légende d'un tournoi et rester dans le vrai s'agissant de ce tournoi.

Les hommes et femmes qui ont écrit l’histoire de l’Open d’Australie

En parlant d'histoire, il y a des noms inextricablement liés à l'histoire des plus grands tournois de tennis et l'Open d'Australie ne fait pas exception.

Les années 1920 sont une saison importante, car ce sont aussi les premières éditions du simple dames : ce sont les années dominées par Daphne Akhurst, vainqueur de 5 éditions du tournoi.

Les années 1920 et 1930 sont plutôt marquées par Jack Crowford, Don Badge, Fred Perry et Jean Borotra. Entre les années 1930 et 1970, le simple féminin était essentiellement lié à trois illustres noms : Nancye Wynne, gagnante de 6 titres, la reine de l'Open d'Australie qui n’est autre que Margaret Smith (qui détient toujours le record de 11 titres) et Evonne Goolagong, gagnante de quatre éditions de ce tournoi.

En simple messieurs, le tournoi a connu trois dominateurs entre les années 1940 et les années 1970 : Ken Rosewall, vainqueur de 4 titres, Roy Emerson, vainqueur de 6 titres et Rod Laver, qui a triomphé à 3 reprises.

Les années 1980 furent les années de Mats Wilander (3 titres), Stefan Edberg (2 titres), Ivan Lendl (2 titres), Martina Navratilova (3 titres), Chris Evert (2 titres) et Steffi Graf (4 titres), suivi, dans les années 90, par Jim Courier, Boris Becker (2 titres), Andre Agassi (4 titres), Pete Sampras (2 titres), Monica Seles (4 titres) et Martina Hingis (3 titres).

Des années 2000 à aujourd'hui, le simple messieurs a été dominé d’abord par Roger Federer (6 titres) puis par Novak Djokovic (9 titres, le record masculin). Le Serbe et le Suisse peuvent être considérés comme les plus grands joueurs de tennis masculins en simple à l'Open d'Australie, malgré la différence de surface par rapport au tennis classique (en fait, le tournoi s'est joué sur gazon jusqu'en 1988).

Ont peut ajouter à cela les non moins importantes victoires de Marat Safin, Rafael Nadal et Stan Wawrinka, chez les hommes. En simple dames il y a eu les 7 titres de Serena Williams, mais aussi les victoires de Victoria Azarenka (2 titres), Maria Sharapova, Kim Klijisters, Li Na, Angelique Kerber, Caroline Wozniacki, Naomi Osaka et Sofia Kenin.