Novak Djokovic a-t-il vraiment refusé de respecter les règles en Australie ?



by   |  LECTURES 2421

Novak Djokovic a-t-il vraiment refusé de respecter les règles en Australie ?

Novak Djokovic a-t-il réellement refusé de respecter les règles en vigueur en Australie, et s’est-il donc rendu sur le territoire australien en toute connaissance de cause ? C’est sans doute la question qui revient le plus souvent sur les réseaux sociaux et dans certains médias, question qui a accentuée depuis la sortie de Rafael Nadal au sujet de la situation du No.

1 mondial. Après avoir atterri à Melbourne le 5 janvier, Djokovic s’est vu refuser la possibilité de sortir de l'aéroport de Melbourne pendant neuf heures avant d'être informé que son visa était refusé, et qu’il devait donc quitter le pays.

Djokovic, qui avait reçu une exemption médicale de la part de l’Etat de Victoria (où se trouve Melbourne), a ensuite eu recours à ses avocats qui ont décidé de faire appel de la décision du gouvernement fédéral, portant ainsi l’affaire devant les tribunaux australiens.

Djokovic réside à présent dans un hôtel réservé aux immigrés illégaux présents en Australie.

Djokovic a-t-il refusé de se plier aux regles australiennes ?

Voici quelques faits qui pourraient résumer la situation actuelle et, aider à répondre à la question de savoir si le Serbe a respecté ou non les règles en vigueur en Australie :

  • Tout d'abord, Djokovic a refusé de confirmer sa présence à l’Open Australie 2022 malgré plusieurs questions qui lui ont été posées à ce sujet, et il a seulement accepté d’apporter une confirmation lorsqu’il a reçu une exemption médicale accompagnée d’un visa ;
  • Djokovic n’a pas voulu se rendre en Australie pour jouer à l’ATP Cup (organisé avant l’Open d’Australie), car n’ayant pas encore reçu l’exemption qu’il attendait
  • Le système d’exemption a été mis en place non par Djokovic, mais par l’Etat de Victoria et Tennis Australia en cas de non vaccination ;
  • Le PDG de Tennis Australia a confirmé que le joueur de tennis n’avait bénéficié d’aucun traitement de faveur, que les exemptions sont accordées sans connaître l’identité du demandeur et par un comité d’experts ;
  • Novak Djokovic, sans doute testé négatif, s’est rendu à Melbourne avec une exemption médicale en main ainsi qu’un visa, avant de voir ladite exemption et ledit visa être annulés par l'autorité fédérale ;
  • L'autorité fédérale a, au préalable, demande à l'Etat de Victoria de confirmer qu'il soutenait bien l'exemption qui a été accordée à Djokovic par leurs soins, ce que l'Etat de Victoria a refusé de faire ;
  • Les autorités fédérales (non pas l'Etat de Victoria) qui ont annulé le visa de Djokovic n’ont parlé d’aucune erreur dans le choix du visa (une information qui circule pourtant en ligne issue d'une rumeur en ligne), elles ont seulement indiqué que le joueur n’a pas été en mesure de leur donner des preuves suffisantes pour justifier le fait qu’il ait bénéficié d’une exemption ;
  • Djokovic a été gardé à l’aéroport, mis sous surveillance policière, et n’a pas opposé de résistance ;
  • On a refusé à Djokovic l’accès à sa location meublée, et on l’a envoyé dans un hôtel reconnu comme étant insalubre (selon certaines sources), où sont détenus en général les immigrés illégaux entrant en Australie.

    Là encore, le No. 1 mondial n’a opposé aucune résistance, mais s’est plutôt plié à la décision des autorités ;

  • Djokovic a aussi fait appel de la décision de l’expulser, ou de le déporter, émise par le gouvernement fédéral, suivant ainsi les règles juridiques en vigueur dans le pays.
Pour résumer enfin, Novak Djokovic est venu avec une exemption médicale provenant de l’Australie (Etat de Victoria) et qui a ensuite été annulé par l’Australie (autorité fédérale), il n’a donc pas créé sa propre règle ni sa propre dérogation pour pouvoir se rendre en Australie ; S’il y a de la confusion ou du désordre dans cette affaire, cela ne peut donc être que du fait de l’administration ; celle qui lui a confirmé qu’il pouvait venir (en lui offrant exemption et visa) et l’autre qui a annulé ladite confirmation.

Semble-t-il normal que l’Etat d’un pays offre une exemption puis un visa qui n’est pas ensuite reconnu par les autorités fédérales du pays ? Ce n’est pas quelque chose que nous avons l’habitude de voir car cela n'a rien de cohérent.

Aussi, on ne peut qu’arriver à la conclusion suivante : soit il s’agit d’un cafouillage, d’une énorme erreur administrative – puisque c’est quand du No. 1 mondial et légende du tennis qu’il s’agit ici – soit il lui a été tendu un "guet-apens" pour en faire un exemple du fait qu’il soit non vacciné et donc, à des fins politiques.

En somme, on pourrait reprocher bien des choses à Novak Djokovic, mais on ne peut certainement pas lui reprocher de n’avoir pas strictement suivi les règles qui sont en vigueur en Australie. Il ne reste plus qu’à la justice australienne de trancher cette affaire, puisque le Serbe a fait appel de la décision de l’expulser du territoire.

De plus amples informations à ce sujet pourraient venir dès ce lundi. En attendant, quelques fans de Djokovic en Australie sont toujours devant l’hôtel où se trouve le joueur de tennis afin de lui apporter leur soutien :