David Ferrer: Carlos Alcaraz réussit car il gère la responsabilité et la pression

Carlitos Alcaraz est devenu plus jeune numéro 1 mondial de l'histoire après une saison géré comme un grand.

by Khalil Semlali
SHARE
 David Ferrer: Carlos Alcaraz réussit car il gère la responsabilité et la pression

Depuis sa victoire à l'US Open, Carlos Alcaraz a commencé à ressentir une fatigue légitime. Il a terminé la saison prématurément à Paris-Bercy en demi-finale - avec un abandon face à Holger Rune, futur champion du tournoi - mais en raison d'un problème abdominal, il a même été contraint de manquer les deux dernières épreuves.

La finale ATP de Turin - qu'il aurait évidemment disputée en tant que numéro un du groupe -, mais aussi la finale de la Coupe Davis à Malaga. En résumé : après un peu plus d'un mois de hiatus, le phénomène espagnol est revenu assez rouillé aux Championnats du monde de tennis de Mubadala, et entre les défis avec Andrey Rublev et dans la foulée de la finale de Flushing Meadows contre Ruud, il a fait ce qu'il a pu.

Peu, dans la grande majorité des cas. Contre le Russe, il a tenu un peu moins de soixante minutes de jeu, tandis que contre le numéro trois mondial, après n'avoir réussi qu'une seule fois à déplacer le zéro du tableau d'affichage, il a au moins tenu le score dans le deuxième set.

Sans toutefois parvenir à prolonger la partie. Emblématique en tout cas fut le final 6-1 6-4. Dans l'une des nombreuses interviews qu'il a données à Abu Dhabi, le numéro un mondial avait toutefois donné une réponse "éclair" à de belles questions.

Alcaraz avait avoué que le rival le plus coriace qu'il affronterait lors de l'épreuve arabe de trois jours serait Norrie [qu'il n'a pas affronté par la suite et qui a battu Coric pour terminer en cinquième position], il a dit que le contact le plus célèbre de son téléphone était Sebastián Yatra -un célèbre chanteur colombien- a choisi le coup droit plutôt que le revers comme coup préféré, mais surtout il s'est arrêté sur le moment le plus émouvant de la saison.

"Le dernier point de l'US Open. Je pense que c'était le plus beau moment de toute la saison. C'est mieux que de devenir numéro un mondial", a-t-il déclaré avec un grand sourire avant de prendre congé.

Alcaraz travaille dur

Lors de sa conférence de presse de présentation, le nouveau capitaine de l'équipe espagnole de Coupe Davis, David Ferrer, a logiquement parlé de ses deux meilleurs atouts : Rafael Nadal et Carlos Alcaraz.

"Carlos a l'étoffe d'un leader. À 19 ans, être numéro 1 mondial, champion du Grand Chelem et assumer cette pression, je n'ai vu que Rafa, Djokovic et quelques autres le faire. Carlos, réussit ce qu'il réussit, parce qu'il embrasse la responsabilité et la pression", a déclaré le finaliste de Roland-Garros 2013 dans des propos rapportés par Marca.

David Ferrer Carlos Alcaraz
SHARE