Grigor Dimitrov : "C'est parfois dangereux d'avoir des ambitions"


by   |  LECTURES 1449
Grigor Dimitrov : "C'est parfois dangereux d'avoir des ambitions"

Le tournoi Atp 500 de Rotterdam demeurera à jamais le coup de coeur de Grigor Dimitrov. En 2009, à 17 ans seulement, le Bulgare avait effectivement bénéficié d'une invitation de la part du directeur Richard Krajicek pour disputer l'événement, où il a fini par éliminer Tomas Berdych ne s’inclinant qu’au troisième set face à Rafael Nadal. Suite à une saison 2017 plutôt satisfaisante - enrichie des succès au Masters 1000 de Cincinnati, aux Atp Finals et de la demi-finale décrochée à l'Open d'Australie - ses motivations n’ont pas changé. “Je veux repousser mes limites”, a déclaré Dimitrov lors de la conférence de presse ce dimanche, “J’ai de plus en plus d’attentes vis-à-vis de moi-même, bien que ceci puisse être dangereux”.

En dehors de son classement, on n'arrête jamais de respecter le jeu", a-t-il expliqué, "J’ai appris au fil des années qu’il y aura toujours des hauts et des bas, mais il est fondamental de garder un certain niveau. Les jeunes sont affamés alors que les plus expérimentés ressentent la pression, mais ce qui me stimule davantage est justement l’amour que je ressens pour ce sport, ainsi que l’envie de montrer à moi-même que je suis en mesure de m'exprimer de mieux en mieux”. 

Grisha a enfin commenté ses conditions physiques, notamment au sujet de son épaule qui l’avait obligé à déclarer forfait du tournoi de Sofia. “Lentement je commence à augmenter la vitesse de mon service. Je n’arrête pas de travailler. Même si je n’ai pas d’entrainements de la journée, je file en salle de musculation ou bien me balade à la montagne. Je progresse physiquement, je peux supporter les charges de travail. Les résultats ne tarderont pas à arriver si je bosse dur”, a-t-il revendiqué, pour ensuite rester flou à propos des objectifs pour le reste de la saison : “Je veux progresser dans les tournois où j’ai échoué l’an dernier, notamment en Grand Chelem”.