Arnaud Clément: La décision de Roland Garros est inacceptable, elle nuit à la France


by   |  LECTURES 4126
Arnaud Clément: La décision de Roland Garros est inacceptable, elle nuit à la France

Mardi dernier, les organisateurs de Roland Garros ont pris la décision de déplacer le seule Majeur sur terre battue du calendrier au 20 septembre, juste une semaine après la fin de l'US Open ! La pandémie de coronavirus a stoppé toute l'action du tennis depuis début mars et lorsque l’on considère la situation actuelle, il est peu probable que nous allions voir un tournoi bientôt.

Ceci, même après la deuxième semaine de juin, période à laquelle l’ATP et la WTA prévoient de continuer leurs activités. N'ayant aucune chance d'organiser Roland Garros en fin mai, les organisateurs ont pris une décision audacieuse et ont déplacé l'événement en fin septembre, faisant ainsi de Roland Garros le dernier Majeur de la saison pour la première fois de l'histoire.

Ils n’ont par ailleurs consulté personne et ont annoné la nouvelle sur Twitter, ce qui n'était peut être pas le moyen idéal pour faire passer une décision aussi importante.

D’abord Vasek Pospisil, et ensuite de nombreux joueurs n'étaient pas satisfaits de cette décision, qui les pousse à devoir jouer dans deux Majeurs aux surfaces très distinctes et sur des continents différents, en seulement cinq semaines.

Et tout ceci, en n’ayant aucune idée de comment évolueront les deux mois qui suivront. Un ancien capitaine de la Coupe Davis française, Arnaud Clément, est étroitement associé à la Fédération française de tennis et aux organisateurs de Roland Garros.

Il ne s’est pas privé pour autant de critiquer la décision, la qualifiant d'inacceptable et disant que cela faisait beaucoup de tort à l'image de la France en général, surtout en ces temps difficiles.

"La façon dont les organisateurs de Roland Garros ont pris cette décision est inacceptable. Il faut toujours consulter l'ATP et les joueurs afin de leur expliquer les raisons de son choix. A une époque où l'on nous demande solidarité et unité pour surmonter cette crise, le tournoi fait des choses sans penser aux autres.

Cela nuit énormément à l'image de la France, ce n'est pas possible d'être aussi égoïste en ce moment."