Y.Noah : "Les jeunes attendent que Federer et Nadal partent à la retraite"

Le tennis moderne expliqué par le capitaine française de Coupe Davis : "Aujourd'hui les meilleurs doivent toujours être à 100%"

by Niccolo Inches
SHARE
Y.Noah : "Les jeunes attendent que Federer et Nadal partent à la retraite"

Une autre saison de tennis va bientôt toucher à sa fin mais les “Fab Four” ne sont pas prêts à prendre leur retraite. En 2016, la course pour le numéro 1 mondial fut finalement une affaire entre Novak Djokovic et Andy Murray, alors que cette année nous avons assisté au grand retour à haut niveau des “vieux” Rafael Nadal et Roger Federer.

Les plus jeunes champions aussi sont (enfin) de la partie - notamment l’Allemand Alexander Zverev, qui a atteint en 2017 son plus haut classement (n.4) en remportant deux titres Masters 1000 - mais en général ils ne semblent pas aussi assidus que les “vétérans”.

Les jeunes joueurs travaillent bien mais ils ne sont pas très chanceux”, a souligné le capitaine de l’équipe française de Coupe Davis, Yannick Noah, interrogé par la ABC.

Ils doivent probablement faire face aux trois meilleurs joueurs capables de s'affirmer au cours d'une seule époque sportive. C’est très rare. On peut en avoir deux, mais pas trois en même temps.

Nadal, Federer, Djokovic, et encore il ne faut pas oublier Murray. C’est très dur de percer en même temps qu'eux. Pour gagner un Grand Chelem il faut en battre deux ou trois, ce qui est quasiment impossible.

Je suis sûr que les joueurs de 20 ou 22 ans espèrent que Federer et Nadal partent à la retraite”, a ajouté en plaisantant le dernier vainqueur français en Grand Chelem. Noah a ensuite exclu que le manque de sacrifices soit à l'origine des résultats très timides de la nouvelle génération de joueurs : “Pour devenir n.6 ou 7 du monde il faut être un champion.

C’est quelque chose que les gens tendent vite à oublier (...) En tant que n.7, si on participe à un tournoi sans être à 100% c’est plutôt normal de perdre face au n.40 du monde.

A mon époque, même déconcentré, le n.5 n’aurait jamais perdu face au n.14. C’est pourquoi Roger et Rafa sont si spéciaux, ils font des choses incroyables”.

Coupe Davis
SHARE