Alexander Bublik : " Le tennis a besoin de changements, nous méritons mieux "



by KHALIL SEMLALI

Alexander Bublik : " Le tennis a besoin de changements, nous méritons mieux "
© Getty Images Sport / Clive Brunskill

Le changement est dans l'air et tant le circuit ATP que le circuit WTA va devoir s'y adapter. L'Arabie Saoudite veut sa part du gâteau " tennis " et elle l'aura qu'on le veuille ou non. Le géant du pétrole est prêt à gaspiller sans compter et cela attire bien entendu les athlètes mais aussi les organisations du tennis elles-mêmes qui ne vont pas dire non à des dotations très juteuses.

On parle d’un master 1000 en Arabie Saoudite avant l'Open d’Australie qui sera une vérité en 2025. On parle aussi d’un WTA 1000 qui ne sera qu'une question de formalité et de trouver un moment pour caler le tournoi sur un circuit déjà bien rempli.

L'idée d'un circuit premium semble aussi séduire, celle d'un super circuit qui englobe les Grands Chelems et les masters 1000 le tout hors du contrôle de l'ATP. En bref on risque de vivre un véritable chamboulement dans les mois à venir

Alexander Bublik en faveur du changement

Si certains joueurs et ex-joueurs ne sont pas en faveur d'un changement et préfèrent garder les choses telles qu'elles sont, la majeure partie des joueurs sont tout à fait pour un changement majeur qui n'apportera que du positif comme le Kazakh Alexander Bublik.

Bublik n'a pas peur de dire ce qu'il pense et c'est exactement ce qu'il a fait lors d'une récente interview : "Je veux du changement, car nous jouons les mêmes tournois et nous nous battons pour la même somme d'argent qu'il y a 15 ans.

Ils augmentent notre dotation de 2 %, ils pensent que nous sommes satisfaits de cela et c'est ce dont nous avons besoin. C'est pourquoi les changements sont essentiels. Nous en avons besoin, les joueurs en ont besoin. Les joueurs méritent ces changements, les joueurs méritent d'être bien traités, d'être bien payés et de jouer moins, et de profiter beaucoup plus de l'atmosphère du circuit ; sinon, c'est vraiment éprouvant de jouer onze mois d'affilée.

À la fin de la saison, nous avons une pause d'un mois, puis nous reprenons le volant... Je pense que nous, les joueurs, méritons une meilleure vie."

Alexander Bublik