Sumit Nagal personnifie la souffrance des joueurs en dehors du top 100.



by KHALIL SEMLALI

Sumit Nagal personnifie la souffrance des joueurs en dehors du top 100.
© Getty Images Sport - Clive Brunskill / Staff

Sumit Nagal le joueur le mieux classé de l'Inde a fait une déclaration à la fois incroyable mais en même temps crève coeur pour un athlète qui a consacré sa vie au tennis. Lors d'une interview accordée au Times of India, le joueur a fait une déclaration qui indique clairement les contraintes et difficultés que vivent les joueurs en dehors du top 100.

En effet Nagal a avoué n'avoir pas plus de 900 euros sur son compte en banque, une somme qui peut choqué et nous faire poser plusieurs questions. Le jeune Indien à déclaré : " Je n'ai que 900 euros sur mon compte en banque, plusieurs personnes m'aident comme IOCL ( une compagnie pétrolière) mais je n'ai pas d'aide de sponsors.

"

Sumit Nagal personnifie une dure réalité du tennis.

Nagal est le seul joueur Indien et ce depuis un moment a avoir participer aux tournois du Grand Chelem et aux jeux Olympique. L'indien a parlé de sa détresse : " Je n'ai pas vraiment d'aide en inde, toit cer que j'ai gagné dans ma vie grâce au tennis je l'ai réinvestit dans le tennis, il ne me reste plus rien et c'est très difficile, je pense à tout abandonner" La situation de Nagal 159e mondial est vécu par des centaines d'athlètes qui ne trouvent ni sponsors ni un vrai support de la part des entités dirigeantes du tennis.

De par ce manque qui est malheureux pour les joueurs est née l'idée de Novak Djokovic de créer la PTPA une association qui défend grands et petits. Enfin Nagal a conclu son interview avec des mots sur ses blessures et sur sa situation en général : "Il m'a fallu plus d'an an et demi pour ressentir mon tennis après ma dernière blessure.

Je ne dirais pas que je mène une vie de rêve bien au contraire j'ai du mal à joindre les deux bouts du fil, comprenez moi je ne souhaites pas vivre une vie de luxe et tout cela, mais je demande un peu d'aide des institutions indiennes, nous avons les moyens pour cela"

Sumit Nagal