Reilly Opelka est confiant de pouvoir entrer dans le top 10.

Opelka est prêt à participer au Citi Open de Washington cette semaine.

by Sarah Ait Salah
SHARE
Reilly Opelka est confiant de pouvoir entrer dans le top 10.

Reilly Opelka dit qu'il ne se nourrit pas vraiment du succès de ses compatriotes américains mais ajoute qu'il aime bien les fréquenter. Les États-Unis ont huit joueurs classés dans le top 50 et Opelka, 17e, en fait partie.

"Je ne m'en nourris pas du tout", a déclaré Opelka, selon Sportskeeda. "Pourquoi le ferais-je ? Ce n'est pas une compétition. C'est un sport international. Je ne me nourris pas de ce qu'ils font. Je ne me nourris pas du nombre de personnes que nous avons dans le top 50.

C'est un sport international individuel. Je veux dire, c'est bien de les avoir autour de soi juste pour traîner avec eux. Je pense que tant que nous les avons dans le top 100, top 50, juste pour avoir quelques amis en tournée, c'est tout ce qui m'importe.

Je ne vois pas les choses autrement. Ils ne me stimulent pas plus que Medvedev ou Tsitsipas ou un de ces gars-là. C'est la même chose."


Opelka est convaincu qu'il peut entrer dans le top 10

Opelka occupe actuellement le 17e rang mondial, le meilleur classement de sa carrière.

Opelka a atteint ce sommet à la fin du mois de février et il espérait probablement atteindre un nouveau sommet cette fois-ci. Cependant, il reste confiant dans ses chances d'entrer dans le top 10. "Oui, je pense vraiment que j'ai un potentiel pour le top 10.

(Mais) c'est difficile à prévoir. Je crois qu'il est en fait presque impossible de prédire un gars du top 10. Beaucoup de choses peuvent arriver. Il y a beaucoup de surfaces différentes, beaucoup de conditions différentes tout au long de l'année qui entrent en ligne de compte." Entre-temps, Opelka est prêt à participer au Citi Open de Washington cette semaine.

Opelka est la quatrième tête de série du tableau et il est exempté du premier tour du tournoi. Après ce premier tour, Opelka affrontera le vainqueur du match entre Denis Kudla et Michael Mmoh.

Reilly Opelka
SHARE