Bouchard, Stephens, Sands à la fête "Purple Rain" de l'exhibition de Charleston



by   |  LECTURES 598

Bouchard, Stephens, Sands à la fête "Purple Rain" de l'exhibition de Charleston

Eugenie Bouchard, Sloane Stephens, Bethanie Mattek-Sands et quelques autres joueuses qui ont participé au tournoi sur invitation de Credit One Bank organisé à Charleston, ont organisé une petite fête dans les tribunes du Volvo Car Open, quand une forte pluie les a empêchés de jouer les matchs prévus dans le calendrier.

L'atmosphère s'est transformée une fois que les projecteurs sont devenus violets, avec la lumière se réfractant à travers les gouttes d'eau, tandis que le célèbre tube "Purple Rain" (Pluie Violette) a commencé à être joué en arrière-plan.

Mattek-Sands, Stephens et Bouchard ont commencé à chanter, à danser et à publier des vidéos sur les médias sociaux, comme elles le feraient lors d’un très grand concert.

Charleston "Purple Rain" party
Si Bouchard a capturé une scène monrant les lieux en général sur les réseaux sociaux, Mattek-Sands s'est quant à elle filmée entrain de chanter le refrain de "Purple Rain"

La fête à Charleston, une autre source d'infection au COVID-19?

La petite fête organisée par les participantes au tournoi d’exhibition peut être jugée comme étant différente de la soirée disco torse nu tenue à Belgrade, où Grigor Dimitrov, Alexander Zverev et d'autres participants à l'Adria Tour ont rejoint Novak Djokovic sur la piste de danse.

Il y a eu juste quelques personnes à la fête de Charleston, pas de foule et personne ne s'est déshabillé.

Concernant la décision de Nole d’organiser une fête en discothèque, on peut croire que même son équipe avait des réticences. Voici ce que son entraîneur, Goran Ivanisevic, avait à dire à ce sujet : "C'est facile d'être un général après la bataille et beaucoup de gens étaient impatients que Novak Djokovic fasse une erreur.

Il avait commencé à créer quelque chose de grand (l’Adria Tour) après que nous ayons tous été enfermés pendant trois mois. Je peux accepter que les joueurs n'auraient probablement pas dû aller dans la boîte de nuit de Belgrade, mais personne ne les obligeait à danser les uns près des autres ou à enlever leurs vêtements", a déclaré Ivanisevic.

"Pourtant, personne ne peut prétendre que la pandémie a commencé là-bas. Marco Panichi n'était pas à la fête. J'avais passé près de deux semaines avec lui et son test était positif tandis que le mien était négatif.

Ce n'est pas facile à expliquer. Le physio de Djokovic, Miljan Amanovic, avait travaillé sur le coude de Dimitrov à Zadar, et il est également négatif. Je ne veux même pas commenter pour ce qui est de Zadar ; la ville compte moins de cas que bien d'autres endroits en Croatie.

À mon avis, je serais ravi de voir Novak Djokovic démissionner de la présidence du Conseil des joueurs de l'ATP. Depuis qu'il est arrivé là, tout ce qu'il fait est mal (pour certaines personnes).

Les attaques fusent de partout et cela lui prend beaucoup d'énergie, parce qu’il essaie de faire les bons choix pour notre sport."