L'avocat de Kyrgios révèle comment ils espèrent annuler l'accusation d'agression.

Kyrgios se présentera au tribunal lors de la prochaine audience.

by Sarah Ait Salah
SHARE
L'avocat de Kyrgios révèle comment ils espèrent annuler l'accusation d'agression.

Les avocats de Nick Kyrgios espèrent faire rejeter une accusation d'agression pour des raisons de santé mentale. Kyrgios, finaliste de Wimbledon cette année, fait face à une accusation liée à un incident impliquant son ex-petite amie, Chiara Passari.

Mardi, l'affaire de Kyrgios a été entendue par le tribunal correctionnel du Territoire de la capitale australienne. Kyrgios, qui participe cette semaine à l'ATP 500 au Japon, a été représenté par ses avocats devant le tribunal.

Michael Kukulies-Smith, l'avocat représentant Kyrgios, a demandé à la cour un ajournement afin que des rapports de santé mentale puissent être préparés. Après avoir examiné les dossiers médicaux de Kyrgios depuis 2015, Kukulies-Smith a estimé qu'il était approprié de faire une telle demande.

L'audience relative à cette demande est prévue pour le 3 février. S'il est reconnu coupable d'agression, Kyrgios pourrait être condamné à une peine maximale de deux ans de prison.


Kyrgios se présentera au tribunal lors de la prochaine audience.

"La préférence de mon client est d'assister en personne", a déclaré Kukulies-Smith.

Plus tôt cette année, Kyrgios s'est ouvert sur son combat contre la dépression et les pensées suicidaires. Il y a quelques années, Kyrgios s'est retrouvé dans un point sombre et il a complètement perdu confiance dans les gens, même dans ses amis et sa famille.

"C'était moi il y a 3 ans à l'Open d'Australie", a écrit Kyrgios dans un post Instagram. "La plupart supposeraient que je vais bien mentalement ou que je profite de ma vie, c'était l'une de mes périodes les plus sombres.

Si vous regardez de près, sur mon bras droit, vous pouvez voir mon automutilation. J'avais des pensées suicidaires et j'avais littéralement du mal à sortir du lit, sans parler de jouer devant des millions de personnes.

Je me sentais seul, déprimé, négatif, j'abusais de l'alcool et des drogues, je repoussais ma famille et mes amis. J'avais l'impression de ne pouvoir parler ou faire confiance à personne. C'est parce que je ne m'ouvrais pas, que je refusais de m'appuyer sur mes proches et que je me forçais petit à petit à être positif.

Je sais que la vie au jour le jour peut sembler extrêmement épuisante, impossible parfois mais il faut en parler."

SHARE