Olya Sharypova à Alexander Zverev: Je n'ai pas peur de toi ni de ton équipe juridique



by   |  LECTURES 4358

Olya Sharypova à Alexander Zverev: Je n'ai pas peur de toi ni de ton équipe juridique

L'ex-petite amie d'Alexander Zverev, Olya Sharypova, souligne qu'elle n'a pas peur de la star du tennis allemand ou de son équipe juridique. Il y a un an, Sharypova avait accusé Zverev de violence domestique.

Cette semaine, Sharypova a porté de nouvelles accusations contre Zverev et a fourni davantage de détails. Lors de sa conférence de presse avant le tournoi à l'US Open, Zverev a déclaré qu'il était allé au tribunal et avait prouvé sa non-culpabilité.

Ce à quoi à répondu la plaignante, affirmant que tout était faux. "Je n'ai pas peur de toi, de ta famille ni de ton équipe juridique, qui avez apparemment obligé les médias allemands à garder le silence sur mon article, mais après votre déclaration, ils ont écrit des dizaines d'articles selon lesquels vous avez gagné un procès en diffamation contre moi devant un tribunal.

Pourquoi ne suis-je pas au courant que nous sommes allés au tribunal? Vos avocats n'ont pas mes numéros. Tout ton succès et ton argent ne t'aideront pas à me faire taire et tu le sais. J'ai dit la vérité et vous allez en justice pour essayer de gagner avec un mensonge ? C’est bien essayé pour me faire peur, mais je n'ai rien à craindre", a posté Sharypova sur son compte Instagram.

Zverev nie catégoriquement les accusations de violence domestique

Avant son interview d'avant-tournoi à l'US Open, Zverev a publié une déclaration sur les réseaux sociaux. Le joueur allemand a fermement nié les allégations de Sharypova et a révélé qu'il avait engagé une action en justice contre la source et l'auteur de l'article publié sur Slate.

"J'ai engagé mes avocats allemands et américains dans cette affaire", a déclaré Zverev dans un communiqué publié sur Twitter. "Ils ont déjà obtenu une injonction préliminaire contre la source et l'auteur qui ont publié les fausses allégations.

Le tribunal a suivi nos arguments et états, les accusations suscitées sont diffamatoires et mensongères. Les avocats ont donc engagé de nouvelles poursuites contre la source et l'auteur. Je nie catégoriquement et sans équivoque d’avoir abusé d'Olya.

Je soutiens également pleinement la création d'une politique ATP sur la violence domestique. Je n'aborderai pas cette question davantage", a-t-il fait savoir.